Être lu : le vœu de chaque écrivain

En ce début d’année, je souhaitais consacrer ce billet à l’expression de ce vœu simple mais commun à chaque auteur : être lu.
Lorsque j’ai fondé Booknseries, j’ai voulu que tous les livres soumis par de potentiels serial-auteurs soient lus, sans exception, à la fois pour garantir la ligne éditoriale du site et la qualité de son contenu aux lecteurs, mais aussi par respect pour les auteurs, dont je fais partie.

être lu

Etre lu.

N’est-ce pas là le but ultime de cette démarche aussi solitaire que secrète qu’est l’écriture ?
Une fois son ouvrage terminé, on se trouve face à cette masse de mots, de phrases mises bout à bout durant des jours, des mois… mais dont on sait que la vraie valeur ne se révèlera que dans les mains d’un autre.
Bien sûr, être lu comprend des risques : celui de déplaire, d’être critiqué, corrigé. Mais l’étape de la lecture est la seule qui permettra à l’auteur de rencontrer celui sans lequel il ne peut exister : le lecteur.

Être lu …
Oui. Mais à quel moment et à qui doit-on livrer son « bébé » pour enfin avoir un oeil extérieur sur ce travail solitaire et parfois si difficile à révéler aux autres ?

Être lu par ses proches : une démarche parfois compliquée lorsque l’on craint que l’entourage ne cherche davantage à décrypter l’auteur qu’à lire le roman. Mais une démarche salutaire, libératoire et facile, car à la portée de tous. La famille et les amis sont en général des lecteurs empathiques et indulgents, qui vous pousseront dans votre démarche de promotion.

Être lu par un correcteur : une démarche indispensable. Un auteur vit son roman, il ne peut pas le lire comme un éditeur. L’avis du correcteur est celui qui rassure quant à la lisibilité du texte, que ce soit pour l’orthographe, le style ou la mise en page. Le livre ne sera pas jugé entant qu’histoire mais entant qu’œuvre littéraire. C’est aussi une marque de respect vis à vis des futurs lecteurs que l’auteur veut adresser.

Être lu par un professionnel de l’édition : c’est là la plus grande difficulté. Les éditeurs ont des comités de lecture mais ils sont lents et opposent la plupart du temps des refus laconiques. A l’opposé, les sites de vente d’ouvrages d’auteurs auto-édités sont souvent peu regardants sur le contenu des livres proposés.
Booknseries se positionne ici comme une passerelle, presque un OVNI, en proposant à chaque auteur un vrai retour de lecture, qu’il soit ou non publié ensuite sur le site.

Être lu par des bloggeurs : une démarche qui peut s’avérer intéressante. Certains blogs, à l’image de celui de Sabine Lauret , fondatrice de MaBibliothèqueBleue et membre du jury du premier prix du polar auto-édité, sont même de fervents promoteurs de l’auto-édition. Mais, là encore, un livre mal présenté ou non corrigé est rédhibitoire.

Être lu par des Lecteurs anonymes : Le sacre ultime ! Mais pour cela il faut parvenir à aiguiller le lecteur dans son choix. En dehors du travail de promotion effectué par l’auteur, les avis de lecteurs sont bien sûr les plus efficaces, mais encore faut-il qu’ils soient nombreux…
En créant Booknseries, j’ai voulu ôter au lecteur le doute qui l’assaille face à la multitude d’ouvrages de niveaux très variables proposés en auto-publication . Grâce à une pré-sélection de nos romans et à l’accès à la lecture en épisodes gratuite, le serial-lecteur retrouve la liberté de découvrir une oeuvre auto-éditée, avant de l’acheter ou de la recommander via ses réseaux ou sur notre forum .

Je terminerai ce billet en souhaitant à tous les amoureux du livre une année riche en rêves et à tous les auteurs de rencontrer le public qui les attend… peut-être sur booknseries.fr en devenant notre prochain serial-auteur !

Laure Lapègue – Fondatrice de Booknseries

A lire aussi , le point de vue d’un auteur auto-édité sur la critique des romans en ligne : l’auto-édition a besoin de critiques écrit par Eric Garand

Photo André Kertész –  source : artliteria.pl)

article publié le 10 Janvier 2015

Suivez-nous :
Pin Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.