page101

virtuadreamer

18

Au placard. C’est là que je me trouve.
Comme tous les jours depuis que je me suis fait retirer la SIPA, je commence ma journée par deux heures sur facebook. Après tout, je ne vois pas pourquoi je me défoncerais pour gérer les deux misérables comptes qu’il me reste. D’autant plus que personne ne semble attendre quoi que ce soit de moi. Au début, je prenais cela pour de la gêne mais je me suis vite rendu compte qu’il s’agissait d’indifférence. Cela fait près d’un mois que mon plus gros client a été donné à Vincent et, force est de constater que, depuis, tout se passe comme si j’avais disparu du paysage.
Le café du matin a été le premier indice. A peine avais-je mon café entre les mains que les commerciaux feignaient, les uns après les autres, d’avoir une cotation ou bien une réunion urgente pour pouvoir s’éclipser. Au début, j’ai cru à une coïncidence. Et puis à force, j’ai fini pas y voir une cabale contre moi. J’ai alors demandé à Laurent des explications.
« Pourquoi ne suis-je pas invité à la réunion sur
la nouvelle construction des marges ?
Laurent a levé les yeux de son écran, l’air agacé, comme à chaque fois que l’on vient lui parler d’un problème de service.
– Quoi ? Comment ça ? Tu n’es pas en copie ?
– Non.

Suivez-nous :
Pin Share