page104

virtuadreamer

fenêtres, éclairées à une heure si tardive, abritent les mêmes malaises que les miens. Seules les histoires diffèrent.
Mon écran m’interpelle. Thierry veut devenir mon ami. Thierry Combes, un pote du lycée. Enfin, si on veut. Le gars était avec moi en cours d’allemand. Lui non plus n’avait pas un physique très flatteur. Enfant, il avait dû être adorable avec ses taches de rousseur, ses grands yeux ronds et sa bouche rouge sang. Mais à seize ans, ses traits enfantins s’étaient retournés contre lui afin de lui jouer un mauvais tour : son regard était devenu bovin, ses lèvres écarlates luisaient comme un fruit trop mûr, sa peau si lisse s’était recouverte d’un duvet agrémenté de boutons d’acné… Ce faciès, peu engageant, avait cantonné Thierry à quelques amitiés sporadiques, limitées essentiellement à ses voisins de cours. Ainsi avions- nous, à l’époque, noué quelques liens pendant les interminables leçons de monsieur Cantemerle, notre professeur d’allemand. D’après son profil, Thierry habite toujours Paris où il est à la fois célibataire, dingue de Marilyn Manson, supporter du PSG et fan de la série Desperate Housewifes ! Malgré ce profil inquiétant, Thierry ne compte pas moins de deux cent quarante et un amis sur facebook. Après une courte réflexion, je consens, grand prince, à rallonger sa liste. Quelle pitié ! Je l’imagine bien mon Thierry, chaque soir, seul derrière son PC à compter ses fans, entouré de posters de femmes à poil et de stars du gothique…

Suivez-nous :
Pin Share