page119

virtuadreamer

21

Pendant un instant, Clara crut que la vie avait cessé autour d’elle.
Du vacarme de l’aéroport, elle ne percevait plus qu’un bruit sourd et lointain. Ses sens se limitaient à sa vue, et sa vue à la vision du visage étrangement souriant de Denis. Pendant les longues secondes qu’ils passèrent ainsi, les yeux rivés l’un sur l’autre, Clara se sentit si profondément happée, si intimement fouillée par ce regard inquiétant, qu’elle faillit en avoir un malaise. L’homme qui se tenait en face d’elle ne la regardait pas, il la reluquait, la déshabillait, salivait presque. Clara avait si souvent reconnu cet air de concupiscence sur le faciès des détraqués passant la porte du commissariat, qu’elle aurait pu le peindre les yeux fermés. Penché au-dessus d’elle, Denis vit son trouble et recula d’un pas. « Hey ! N’aie pas peur ma belle. Je ne vais pas te bouffer ! » se moqua-t-il intérieurement. Mais au moment où la phrase lui traversa l’esprit, il sentit une grosse goutte de sueur perler à sa tempe. Pris de panique, il se saisit à la hâte du mouchoir, toujours prêt dans la poche intérieure de sa veste, et s’épongea nerveusement le front. Il réalisait avec effroi qu’il avait laissé « l’autre » prendre le dessus et le transformer en un être louche, suant, repoussant… Il était urgent qu’il se ressaisisse. Denis pratiquait avec assiduité différentes méthodes de relaxation basées sur l’auto-hypnose et la respiration. Ces techniques lui avaient permis d’acquérir une maîtrise de ses

Suivez-nous :
Pin Share