page17

virtuadreamer

Seule femelle au milieu d’une fratrie de cinq enfants, elle avait souvent vu ses frères à l’ouvrage et se méfiait des hommes qui lui adressaient la parole sous des prétextes à peine déguisés. Elle regarda son interlocuteur plus attentivement. Mis à part des lèvres dont la finesse lui donnait un air vaguement fourbe, il était plutôt bel homme. Lorsque la foule d’un nouvel arrivage se pressa autour d’eux et qu’elle fût obligée de le frôler à nouveau, Elisa ne chercha pas vraiment à s’écarter. Sous prétexte de l’aider à se dégager, et tout en continuant d’arborer son air le plus rassurant, Denis fit glisser sa main le long du bras d’Elisa qui, à sa grande satisfaction, ne montra aucun signe de rejet.
– Mais je ne voudrais pas vous retarder, reprit- il en français cette fois. Vous devez être attendue.

Toujours face à lui Elisa ne bougeait pas. Elle aurait pu lui répondre que mille choses l’attendaient ailleurs et tout de suite. Mais elle restait là, suspendue au parfum de cet inconnu. Pire encore, voilà qu’à présent son regard la mettait mal à l’aise, la faisant presque rougir. C’est le moment que Denis attendait pour lancer la deuxième phase de son offensive. Après avoir laissé planer entre eux un court silence aussi embarrassant que prémédité il se lança :

Suivez-nous :
Pin Share