page189

virtuadreamer

du midi -croque-monsieur salade accompagné d’un verre de bourgogne- comme si c’était la chose la plus naturelle du monde.
Denis se sentait très détendu. Il n’en oubliait pas pour autant le but de son entreprise mais découvrait un plaisir nouveau, excitant à se laisser porter par ce qu’il pensait être dû au hasard. Ils commencèrent par échanger quelques banalités à propos du temps, de la circulation à Paris… puis, rapidement, la discussion redevint plus intime, en même temps que les regards gênés. Clara, voulant le mettre à l’aise, se mit à parler d’elle. Au début, elle inventait. Mais ensuite, petit à petit, sans même vraiment s’en rendre compte, elle s’était mise à glisser du vrai dans son récit. Elle se disait que c’était par manque d’imagination, mais au fond, cela lui faisait du bien de se raconter à un parfait inconnu. En face d’elle, l’Homme au costume buvait ses paroles tout en caressant son bras du bout des doigts. Malgré le brouhaha, Clara ne parlait pas fort, ce qui les obligeait à rapprocher leurs visages l’un de l’autre, parfois si près qu’elle pouvait respirer son parfum au-delà des odeurs de cuisine. A un moment, leurs yeux se croisèrent avec tant d’insistance que Denis hésita à l’embrasser. Mais un serveur, en se faufilant entre les tables, le bouscula, coupant court à ses velléités.
…Entre eux, le temps passait très vite. Même Clara en avait perdu la notion. Denis, en la relançant habilement par ses silences, la poussait à se dévoiler toujours plus. Et ce n’est que lorsqu’elle évoqua sa rupture récente qu’elle vit son regard changer.

Suivez-nous :
Pin Share