page197

virtuadreamer

39

Après dix minutes d’une attente interminable, Clara décida d’aller le rejoindre à l’extérieur.
Elle ne le vit pas tout de suite. C’est en passant sur le trottoir d’en face qu’elle l’aperçut, caché dans le renfoncement où s’entassaient les poubelles du restaurant. Elle eut d’abord du mal à le reconnaître, tant son apparence avait changé. Ses cheveux, d’habitude si impeccablement peignés, se dressaient sur sa tête en boucles désordonnées. Il avait aussi ôté sa cravate, déboutonné sa chemise, si bien qu’elle pouvait voir son torse musclé se soulever au rythme d’une respiration trop courte. Son visage enfin, lui apparut sous une expression nouvelle qu’elle ne connaissait que trop bien. Celle de la confusion. Elle resta immobile un moment avant de traverser. Il était beaucoup plus beau dans la douleur que dans la maîtrise, songea-t-elle, malgré elle. Le sentiment qu’elle éprouvait tout à coup vis-à-vis de l’homme pitoyablement adossé au mur la mettait mal à l’aise. Pourtant, elle ne pouvait se résoudre à le laisser souffrir seul. Elle s’approcha. Juste à côté de lui, un tas verdâtre à l’odeur âcre lui confirma le piteux état dans lequel il se trouvait.
« Clara. Je m’appelle Clara.
Il releva la tête. Des larmes coulaient sur ses joues, mais sa bouche et ses yeux restaient impassibles.
– Tu me jures que c’est vrai ? supplia-t-il d’une voix rauque. »

Suivez-nous :
Pin Share