page41

virtuadreamer

de la salle en te lançant des regards de pitié. Et encore ça, ce sont les temps forts de la journée ! Le reste du temps est consacré au combat des coqs. Sorte de guerre psychologique entre collègues dont le bouc émissaire est, en général, choisi dès le premier jour du déplacement… En principe, c’est Laurent qui choisit l’heureux élu. Les autres ne font que suivre. Et aujourd’hui je ne me sens pas particulièrement en veine.
A peine les bagages récupérés, nous nous pressons pour rejoindre la file d’attente des taxis à l’extérieur de l’aéroport. Laurent allume une cigarette, attaque : « Bon, alors cette année Denis, tu fais en sorte de ne pas nous faire perdre de commandes, ok ? Comme prévu, Vincent prend un air étonné et demande l’air moqueur :
– Quoi ? C’est quoi cette histoire Denis ?
– Tu sais, le vin qu’il avait renversé sur l’acheteuse de la CPI.
Silence calculé de Laurent qui après quelques secondes et face à l’air songeur de Vincent, feint de se souvenir.
– Aah ! Mais c’est vrai ! Tu n’étais pas encore là toi !
Non bien sûr. Vincent n’était pas encore là. Et Laurent le sait très bien. Je suis sûr que même la femme de ménage de la boîte le sait ! Mais l’occasion est trop belle de jouer au parrain en intégrant les nouvelles troupes aux dépens des anciens, moi en l’occurrence ! Vincent supplie Laurent des yeux pour qu’il continue alors que je m’efforce de changer de sujet en balançant des « ça va », « on sait », « c’est bon »… qui ne font qu’attiser la curiosité de la jeune recrue.

Suivez-nous :
Pin Share