page68

virtuadreamer

12

La petite boîte dans la grande.
Celle que chacun redoute de trouver posée sur son bureau à son retour de la pause-café. Elle prend des formes variées selon son origine. Si elle vient de la compta, ce sera une boîte en métal, façon caisse de vendeur sur les marchés, avec une fente homologuée et une serrure dont la clé est conservée précieusement dans un tiroir de bureau, lui-même fermé à double tour. Le nom du bénéficiaire aura été imprimé sur la Xerox du service, puis soigneusement découpé avant d’être, non seulement collé, mais aussi plastifié, afin d’éviter toute tache indésirable. La boîte parfaite. Pour les autres départements, la boîte révèle le plus souvent l’inaptitude de l’être humain à fabriquer une simple boîte en carton et ce, malgré les années passées en primaire. Et parfois du coup, il démissionne ! J’ai vu un jour arriver une boîte de kleenex dont l’ouverture d’origine permettait de reprendre l’argent déposé sans avoir à l’abîmer. Une autre fois, son fabricant avait dû entourer le petit carton de dizaines de tours de scotch, afin de la rendre inviolable, si bien que tous les billets restaient collés à l’entrée de la fente réservée à l’accueil des dons. Mais parfois aussi, il y a un petit miracle… la boîte devient une véritable oeuvre d’art où l’on peut voir ressurgir l’âme d’enfant de son créateur.
Je déteste les boîtes. Elles me mettent mal à l’aise. En plus de me

Suivez-nous :
Pin Share