page88

virtuadreamer

représenta en train de siroter une coupe dans le brouhaha d’un bar branché de la capitale. Afin de ne pas être en reste, Clara se dirigea vers la kitchenette pour se servir un verre de vin. Elle avala la première gorgée, seins nus, face à la baie vitrée de ce qui lui servait de salon, de chambre et de cuisine. Son reflet dans la fenêtre semblait flotter dehors, dans le crépuscule. Elle s’imagina en train de tomber au milieu des voitures arrêtées au feu, juste en bas. Ridicule. Je serais bien capable de me louper et de finir hémiplégique, plaisanta-t-elle cyniquement à haute voix.
Elle retourna dans la salle de bain et se glissa lentement dans une eau agréablement brûlante. La baignoire était si petite, que les genoux de Clara touchaient presque son menton à chaque fois qu’elle se penchait pour attraper le verre posé sur le carrelage. Lorsque l’effet de l’alcool, combiné à celui de la chaleur ambiante, la poussa à fermer les yeux, la première image qu’elle vit apparaître derrière ses paupières closes, fut celle de l’Homme au costume. Il était assis à la terrasse du café, sa valisette bien calée contre sa chaise. Elle rouvrit les yeux. La valise. Qu’est-ce qu’il pouvait bien faire avec une valise ? Pourquoi un homme, censé attendre quelqu’un aux arrivées, avait lui-même un bagage à la main ? s’interrogea-t-elle. Peut-être lui-même venait-il de débarquer ? tenta-t-elle de se convaincre. Mais l’image aseptisée de Denis, frais et dispos comme s’il venait de sortir de la salle de bain après dix heures de sommeil, lui revint à l’esprit. « Merde, arrête de penser à lui ! » se fustigea-t-elle avant de basculer

Suivez-nous :
Pin Share