Nicolas Feuz et Karine Carville : serial-auteurs lauréats du prix du Jury du Polar auto-édité

A 48H00 de la remise du prix du polar auto-édité sur le salon du Livre de Paris , Karine Carville et Nicolas Feuz, les deux serial-auteurs Lauréats du prix du jury, nous ont fait l’honneur de répondre à l’interview en pointillés Booknseries …

 

decouvrir LJDLEMORATA_NF

1-Etre auteur est…

Karine Carville : Un métier plutôt passionnant ! On passe son temps à raconter des histoires, à les partager, à rencontrer de nouvelles personnes. Pour ceux qui aiment communiquer, c’est parfait ! (Out le fantasme de l’auteur reclus dans sa tour…)

Nicolas Feuz : Un hobby plutôt chronophage – surtout lorsque l’on assume une charge judiciaire comme celle de procureur et que l’on doit en plus composer avec une vie de famille – mais terriblement gratifiant, notamment du point de vue de la liberté d’expression.

2-Etre auto-édité est un choix….

KC : Evident. Pas de temps et d’argent à perdre pour partir à la conquête d’un éditeur. Au prix du papier et du timbre, les envois de manuscrits ruinent l’auteur avant même qu’il ne touche ses mirifiques droits de 10% 

NF : Pleinement assumé, non seulement de par la liberté de texte, de couverture, de droits et d’agenda en comparaison de l’édition traditionnelle (à compte d’éditeur) et de par la limitation des risques financiers en comparaison de l’édition à compte d’auteur (cette dernière ne présentant au surplus aucun avantage lorsqu’un auteur auto-édité réussit à établir son propre réseau en termes de distribution, de diffusion et de relations médiatiques)

3-Remporter un prix du polar auto-édité, ça aide à …

KC : Se faire connaître et à affirmer haut et fort qu’il existe un autre choix pour les auteurs et les lecteurs. Une voie vers un catalogue plus vaste, qui ne serait pas sous l’emprise des distributeurs, un catalogue où le lecteur plébisciterait enfin les livres qu’il aime et où les auteurs seraient libres d’écrire ce qu’ils veulent.

NF : Booster les ventes au sein du réseau déjà établi, ouvrir de nouveaux marchés, accéder à une visibilité accrue sur le plan international et gagner en crédibilité (même si le terme « auto-édité » suscite encore – certes de moins en moins, mais souvent sans fondement et par pure jalousie – quelques méfiances dans certains milieux)

4-Une dédicace sur le salon du Livre de Paris, ça fait plaisir mais surtout…

KC :  Cela me permet de rencontrer de nouveaux partenaires et de toucher de nouveaux lecteurs.

NF: Cela permet d’acquérir une certaine visibilité auprès d’un public différent – même si ce n’est pas dans ce cadre que les dédicaces sont les plus nombreuses – et de faire de belles rencontres dans un univers nouveau, dont je commence seulement à percevoir les contours.

5- « Le Journal de L  » en un mot c’est  …  une histoire tordue qui va vous faire croire que vous n’êtes que le spectateur de la vie d’une jeune femme alors que vous nagerez déjà en plein délire… Oups ! Vous aviez dit un mot ?

5 bis– « Emorata »  en un mot c’est… un polar qui expose une jeune recrue de l’école de police à une enquête internationale entre les Montagnes de l’Arc jurassien, côté suisse, et la Camargue. Il débute par la découverte du corps horriblement mutilé d’un policier suisse sur la plage de l’Espiguette, au sud du Grau-du-Roi. Emorata est le « prequel » d’une trilogie policière, que les médias suisses ont intitulé la « trilogie massaï ». Depuis le mois d’octobre 2014, il figure régulièrement dans les 20 meilleures ventes en Suisse romande, parmi les Chattam, Thilliez, Vargas, Minier et autre Bussi.

6-Être publié sur Booknseries.fr est une expérience plutôt ...

KC : Etonnante. Je n’avais jamais pensé être publiée en épisodes et je suis très curieuse des retours possibles…

NF : Intéressante et innovante. Voir un roman découpé en épisodes hebdomadaires à la manière d’une série TV est probablement inédit et l’inédit est de nature à attiser la curiosité du public. En outre, le suspense a probablement tout à gagner d’un tel découpage et de l’attente qu’il génère.

7-L’année 2015 commence plutôt bien, d’autant plus que…

KC : Les dédicaces reprennent dans les week-ends à venir, qu’un nouveau roman sort cet été et qu’un album jeunesse naîtra durant l’hiver. Tout cela en auto-édition, bien sûr !

NF : Ce Prix du Meilleur Polar auto-édité m’a ouvert les portes du Salon du Livre de Genève (à l’invitation d’un grand distributeur) et qu’un sixième roman, annoncé pour l’automne, semble déjà susciter une certaine impatience chez les lecteurs suisses.

Karine Carville et Nicolas Feuz seront en dédicace sur le salon du Livre Stand F25 – TheBookedition.com  le vendredi 20 Mars à 14H30
Retrouvez « Le journal de L »  et « Emora » en lecture gratuite en série à partir du 17 avril sur booknseries. Inscrivez vous dès à présent !

Suivez-nous :
Pin Share

Commentaires 1

  1. Pingback: #PrixDuPolar2016 : Publication en ligne et distribution en librairie enfin réunies ! - Booknseries

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.