Mais qui se cache derrière le #JeudiAutoEdition ?

Lancement du ‪#JeudiAutoEdition ! Plus d’infos ici ! 😀

Quelle ne fut ma surprise en découvrant jeudi dernier ce tweet adressé au petit monde du livre en ligne ! Après le #VendrediLecture et le #lundiblogs, voici qu’un nouvel acteur venait afficher clairement ses ambitions.. et pas des moindres : promouvoir les auteurs indés !
Inutile de vous préciser que, malgré un réveil difficile, cette initiative aussi inattendue que plébiscitée m’a fait écarquiller les yeux de plaisir !
Mais qui avait bien pu avoir cette bonne idée ? Telle était la question ! J’ai donc cliqué sur le lien qui dirigeait vers un blog et y ai découvert un article qui attribuait la création du Hashtag à une collaboration entre deux blogueuses littéraires : Delphine et Aurélie, chacune et respectivement à la tête des blogs « Au bazaar des livres » et « Des livres et moi »

Du coup, quelques mois après la publication de la blacklist sulfureuse des blogueurs refusant de chroniquer de l’auto-édition, je me suis dit qu’il serait intéressant et surtout très positif de mettre en lumière des personnes qui, comme nous le faisons tous les jours sur Booknseries.fr , aident les talents de demain à émerger !

Bonjour Delphine, Bonjour Aurélie. Alors première question, comment vous est venue l’idée de ce Hashtag ? La genèse de ce pari.

Avatar Au Bazaar Des Livres

Delphine – Au Bazaar Des Livres

Delphine : Bonjour Laure ! Tout d’abord, un grand merci à toi pour cette interview.
L’idée de ce hashtag a mis du temps à germer dans mon esprit. Nous avons toutes deux ouvert nos blogs respectifs, il y a un an pour moi, et quelques mois pour Aurélie, et ce sur un coup de tête, parce qu’on ressentait le besoin de partager nos lectures avec d’autres personnes. Nous avons alors été sollicitées par des auteurs indépendants pour lire leur livre et le chroniquer, ce que nous avons accepté avec plaisir, touchées de ce privilège et de tant d’intérêt à notre égard. Nous avons ainsi découvert plusieurs livres qui méritaient amplement d’être mis en lumière. Je me suis donc demandée comment on pouvait aider ces auteurs ? Pour ma part, j’ai d’abord régulièrement organisé, conjointement avec ces auteurs, des concours pour faire gagner leur livre. Mais ça ne me suffisait pas. Suite à plusieurs refus de partenariats de la part de gros sites avec des auteurs auto-édités, j’ai creusé l’idée un peu plus et, en discutant avec une poignée d’entre eux, il m’est venu cette idée. Je ne pouvais pas lancer ce mouvement seule, c’est pourquoi j’ai demandé à Aurélie de se joindre à moi. Pourquoi Aurélie ? Parce que nous avons bien souvent les mêmes goûts et les mêmes lectures, et puis le courant passe bien entre nous. Du coup je trouvais normal de l’associer à cette idée. Bien sûr elle a accepté tout de suite, et nous voilà jeudi dernier lancées dans l’aventure ! Quelle surprise et quelle joie de voir que cette idée a plu ! Aujourd’hui je travaille à la développer, notamment en invitant d’autres blogs à rejoindre le mouvement, mais aussi en créant la page Twitter #JeudiAutoEdition.

Vous avez chacune votre blog : quand et comment avez-vous décidé d’intégrer les indés dans votre liste de lecture ? Et quelle est la part d’auteurs auto-édités que vous lisez (comparée au reste) ?

Delphine : Cela s’est fait naturellement. Ce sont les auteurs qui nous ont sollicitées pour lire leur livre. Et comme nous sommes d’avis que tout livre mérite d’être lu, nous avons bien évidemment accepté. Du coup nous les avons automatiquement intégrés dans nos PAL (Pile à Lire), et nous en chroniquons aujourd’hui très régulièrement.

Avatar Des Livres Et Moi

Aurélie – Des Livres et Moi

En ce moment, j’avoue que je ne lis que des auteurs auto-édités, en parallèle aux livres que je dois lire en tant que membre du jury pour le prix du polar du livre de poche, dont Aurélie fait également partie (Nous étions décidément faites pour nous entendre !)
Aurélie :
Tout à fait ! Pour ma part, je continue d’alterner mes lectures avec des auteurs édités « classiquement », même si les auteurs indépendants occupent une place de plus en plus importante dans ma PAL.

 

Quel est selon vous le point qui disqualifie le plus souvent un auteur indépendant lorsqu’il soumet son livre à un blog ?

Delphine : D’abord je pense qu’il y a la manière de proposer son livre. Tous les auteurs nous ayant sollicitées jusque-là l’ont fait de manière courtoise et polie, sans jamais nous mettre de pression ou barrière, ce qui est vraiment appréciable. Un mail ou un message privé semble en effet plus approprié qu’un tweet public pour interpeller un blogueur. Ensuite, certains blogs ont malheureusement un avis bien arrêté sur les auteurs indépendants, peut-être suite à une mauvaise expérience, et du coup refusent systématiquement toute demande de la part de ces auteurs, ce qui est regrettable.

Avez-vous des critères de pré-sélection pour éviter de vous retrouver submergées par les manuscrits d’indés ? (Ce qui risque d’arriver après cet article ! 🙂
Delphine : Pour l’instant, me concernant, je lis les livres dans l’ordre de leur arrivée. J’ai déjà énormément de demande en cours, et j’ai un délai de lecture d’environ 3 semaines. Cet ordre chronologique me semble juste et équitable, du coup même si je me retrouve submergée, je garderai ce critère de sélection.
Aurélie : Etant encore un peu novice pour le moment, je me fais une PAL mensuelle dans laquelle je pioche au gré de mon humeur et de mes envies, tout en respectant scrupuleusement les engagements que j’ai pris auprès des auteurs indépendants. Actuellement, je suis en train de constituer ma PAL de mai, je verrai bien comment cela évolue.

Vous avez choisi le mot Auto-Edition pour votre Hashtag. Personnellement, je préfère utiliser celui d’indé, ou d’édition indépendante, qui fait moins « DIY » (Do It Yourself = « fait maison »), et stigmatise moins les auteurs qui s’éditent seuls. Comment percevez-vous ce terme ? Avez-vous constaté de votre côté qu’il était parfois porteur d’un côté amateur, négatif ?
Delphine : Le mot AutoEdition a été choisi conjointement avec un petit nombre d’auteurs. Je crois que ça parle également à un grand nombre. Pour nous, ce n’est nullement péjoratif, bien au contraire. Mais oui en effet, quand on présente un auteur comme auto-édité, on perçoit encore l’image négative que cela renvoie. On s’évertue à dire que, si ces auteurs décident de passer par l’auto-édition, c’est déjà pour trouver leur lectorat, et bien sûr pouvoir par la suite, soit se faire remarquer par une maison d’édition, soit y postuler.
Nous espérons sincèrement que ce hashtag #JeudiAutoEdition pourra les faire sortir de l’ombre, redorer leur image injustement terni, et les faire connaître. Certes, tout n’est pas bon dans l’auto-édition mais, tout comme le fait d’être édité par une grande maison d’édition n’est pas forcément gage de qualité, force est de constater que nous avons de sacrés bijoux à vous faire découvrir ^^

Merci à toutes les 2 ! 


Alors en attendant vendredi et la publication de l’épisode 3 de notre serial-lecture n’oubliez pas le #JeudiAutoEdition !
et pour tout savoir sur cette initiative et ses créatrices rendez vous sur le blog de Delphine ou sur celui d’Aurélie  et la page Twitter #JeudiAutoEdition .

 article publié le 11 Avril

propos recueillis par Laure Lapègue

 

Suivez-nous :
Pin Share

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.