ITW Serial-Auteur : Mélanie Talcott, retour sur un serial-auteur sans concession.

Comme c’est la tradition au terme de chaque serial-lecture Booknseries, aujourd’hui dans le bookn’blog  je reçois Mélanie Talcott, auteur du Polar « Goodbye Gandhi » et lauréate avec ce roman du Prix du Polar autoédité 2016. Une occasion de faire parler cette auteure à l’écriture engagée de ses projets et de revenir sur notre aventure commune …

Bonjour Mélanie, avec Goodbye Gandhi tu as fait voyager nos serial-lecteurs au cœur de la culture indienne. Pendant toute la lecture tu as continué à nourrir notre curiosité autour des coutumes de ce pays grâce à la page Facebook  Les amis de goodbye Gandhi . Cette page va t-elle continuer à vivre, au delà du roman ? Et les serial-lecteurs pourront-ils la nourrir de leurs questions ou commentaires ?

Mélanie Talcott  : Elle va continuer à vivre comme le livre Goodbye Gandhi, un partage dynamique, je l’espère, avec les serial-lecteurs dont j’attends avec plaisir les questions et les commentaires.

Les serial-lecteurs qui voudront bien nous envoyer par mail leur retour de lecture sur « Goodbye Gandhi » auront la chance de recevoir une version ebook ton roman  Alzheimer… Même toi on t’oubliera . Peux tu nous dire quel est le sujet de ce livre au titre aussi évocateur que dérangeant.  

alzeimer

MT : Une femme Norma, médecin, apprend qu’elle a cette maladie. Ses symptômes en sont à leur début. Elle profite donc pour écrire à sa petite-fille, Léa (j’ai un faible pour ce prénom) : un espèce de journal où elle raconte des épisodes de sa vie, livre ses réflexions sur le passé et le présent, et également sur Alzheimer, qu’elle appelle affectueusement Aloïs. Il ne s’agit pas d’un récit sur cette maladie, mais d’un dialogue « hors temps » entre une grand-mère et sa petite-fille, puisque Léa répond à Norma (qu’elle n’a pas connu), et d’une réflexion sur la signification de cette maladie, référence à notre modernité où on zappe entre vitesse et oubli.

Nos serial-lecteurs s’en sont sûrement aperçu en découvrant l’Inde au travers de tes yeux, selon toi, un livre doit remuer, faire réfléchir. Alors une question me brûle les lèvres … Avec quel sujet de roman viendras tu bientôt nous secouer les méninges 🙂 ? Et as tu déjà prévu la sortie de ton prochain livre ?

MT : J’y travaille, la sortie viendra quand elle viendra. Je ne fais pas de plans. Ça limite l’horizon ! Cependant, j’aimerais bien l’avoir terminé pour l’automne ! Ce n’est pas un policier, bien qu’il y aie une victime et un meurtrier dès le début. La victime est une personne très connue qui soulève bien des polémiques autour d’elle. Dans le coma, elle va se rappeler trois jours qu’elle a passé par hasard (?) dans une maison (tempête de neige + un « mudhif », mot irakien signifiant maison de l’amitié, tempête de neige) en compagnie de différentes personnes (culture, expérience de vie, fortune and so on) qui vont d’une certaine manière, l’obliger à s’affronter à lui-même, donc en un mot, beaucoup de sujets actuels y sont abordés. Un moment privilégié comme il nous en arrive parfois grâce à des rencontres imprévues (le sont-elles réellement ?) mais qui nous font grandir. Un livre à la Talcott en somme…

En dehors de tes romans, tu écris aussi des articles (notamment pour Pluton magazine )et des chroniques de livres. Quels sont les sujets que tu y abordes et comment sélectionnes tu les lectures que tu chroniques ?

MT : Je suis d’une nature curieuse. Je lis beaucoup. Mon choix va de préférence à des livres qui pour moi, ont quelque chose à nous dire émotionnellement et intellectuellement. Ce sont des rencontres imprévues souvent… D’autres fois, je chronique des livres, auteurs connus ou non, écrivains « officiels » ou indépendants . Que j’aime ou n’aime, je le dis sans jamais perdre de vue qu’il faut argumenter la critique que l’on fait, qu’elle soit positive ou négative. Il m’arrive aussi de ne rien dire. Parfois, cela me semble très inconfortable. Le silence peut être une forme de lâcheté et de malhonnêteté intellectuelle.
J’aimerais néanmoins ouvrir plus mes chroniques aux Indés avec un angle un peu différent de la chronique habituelle, me glisser un peu dans la peau d’un éditeur, qui prendrait le temps d’expliquer à un(e) auteur(e) ce qu’il pense de son manuscrit, souligner les points forts et les points faibles. Mais la tache est délicate, car – j’en ai eu l’expérience – parfois, certain(e)s auteur(e)s acceptent mal de voir leur « bébé » malmené et vous envoient balader avec de doux noms d’oiseau…. Quant à l’édition, il y a longtemps que j’y songe. Cela vient et cela part. Il me semble qu’en la matière, il ne faut pas faire cavalier seul, unir évidemment des compétences, mais aussi faire équipe avec des personnes avec lesquelles on se sent bien, comme le dit un conte soufi : des « amis qui s’entendent assez bien pour pouvoir se taire ensemble. » Ce n’est pas gagné !
Quant aux autres articles, notamment pour Pluton Magazine, c’est au petit bonheur, selon mes connaissances et l’inspiration du moment. C’est très varié et limité également. Par exemple, je n’écrirais jamais sur la musique. Je suis une ignorante en la matière !

Pour finir, peux tu nous dire comment tu as vécu cette expérience Booknseries ?

MT : Je trouve l’initiative géniale pour faire connaître des auteurs indépendants et les encourager à poursuivre cette aventure solitaire… en groupe serial-lecteurs, en souhaitant qu’elle se poursuive une fois la dernière page lue. Qu’elle se développe également peut-être autour de nouvelles ou de romans qui n’appartiennent pas au genre polar. En tout cas, je profite de cette occasion pour remercier Booknseries et toi, Laure, pour ton travail de pionnière, ta passion pour l’écrit, ta disponibilité et ta gentillesse.

Merci beaucoup Mélanie !

Alors, si, comme nous, vous êtes tombé sous le charme de Goodbye Gandhi de Mélanie Talcott voici un petit récapitulatif :

– pour découvrir et acheter le roman via notre librairie c’est par ici

– pour découvrir la page facebook des Amis de Goodbye Gandhi c’est par ici

– et pour tout savoir sur l’auteur, c’est par là ! 

article publié le 23 Mai 2016

propos recueillis par Laure Lapègue

Suivez-nous :
Pin Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.